Skip to main content

La Corse fête Pâques

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je trouve la Corse fascinante.

Reconnaissons que nous entretenons avec l’île de Beauté une relation passionnelle, faite de chaînes et de liberté, fruit d’une histoire très longue et très compliquée. La Corse, ça n’existe pas ailleurs, et c’est pour ça qu’on aimerait la garder, bien jalousement.

Pourtant, de temps à autre, je m’interroge. Par exemple, puisque Pâques approche à grands pas, je vais vous parler d’une des nombreuses spécialités pâtissières de la Corse, confectionnée traditionnellement pour marquer la fin du Carême. Son nom : le Cacavellu. Mais oui.

Le Cacavellu, donc, est une sorte de brioche préparée avec : 500 gr de farine, 20 gr de levure de boulanger fraîche, 2 œufs entiers, 125 gr de sucre, du sel, 125 gr de beurre fondu, 20 cl d’eau tiède, 1 c. à s. de lait tiède, 2 c. à s. de graines d’anis et une dose de pastis (qui vous permet, par la même occasion, de déniaiser votre adolescent). L’originalité du Cacavellu, et c’est là que cela se corse, tient à ce qu’un œuf cru sera incrusté, avec sa coquille, dans le gâteau, maintenu par un croisillon de pâte.

Je demande à voir. Vous aussi maintenant, c’est certain. Alors il n’y a qu’un moyen : donnons-nous rendez-vous en avril à Sognu di Rena, Moriani-Plage. Ensuite, c’est promis, nous partagerons notre retour enthousiaste d’expérience gustative…

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *